Employeurs du BTP, où en êtes-vous en matière de sécurité?

Le taux de fréquence des accidents du travail continue d’augmenter, et trop d’employeurs, aujourd’hui encore, n’appréhendent pas la prévention comme une priorité pour chacun dans l’entreprise. Face à ces constats, le cabinet Master et le cabinet d’avocats Ledoux et associés lancent un outil interactif en ligne, pour permettre aux employeurs de se tester sur le sujet, et d’identifier les premières mesures à prendre.

83% des dirigeants ne considèrent pas la santé-sécurité au travail comme une priorité pour chacun dans l’entreprise, et près des trois-quarts n’envisage pas de mettre en place des actions de prévention dans les deux ans à venir (1). « Un trop grand nombre d’employeurs appréhende ainsi davantage la prévention comme une contrainte que comme une opportunité de faire progresser la qualité de vie au travail», regrette Vincent Baud, gérant fondateur du cabinet Master, spécialisé en solutions innovantes en matière de santé au travail.

xIMAGE_20120322_13389243-644x365.jpg.pagespeed.ic.ZL10HuyKxc

Des entreprises découragées par la masse des exigences règlementaires

En contrepoint, le taux de fréquence des accidents du travail a, d’après la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (Cnam-TS), progressé de près de 1% sur 2014. « Dans le BTP, si les entreprises ont beaucoup progressé sur le registre de la prévention, les plus petites d’entre elles, confrontées à la masse des exigences réglementaires sur le sujet, ignorent bien souvent par où commencer», relève Vincent Baud. «Cette complexification de la matière, associée à l’augmentation des coûts liés aux accidents du travail et aux maladies professionnelles, accentue la pression sur les entreprises, et constitue une source de risques juridiques majeurs,tant sur le terrain civil que pénal », pointe de son côté Michel Ledoux, avocat au cabinet Ledoux et associés. Le nombre de litiges prud’homaux sur des demandes liées à un risque professionnel a en effet été multiplié par 250 en dix ans (2).

Identifier les premières mesures de prévention à prendre

Un contexte qui a conduit le cabinet Master à mettre au point, avec le concours du cabinet Ledoux, un outil en ligne permettant à tout chef d’entreprise de s’autoévaluer gratuitement et de manière anonyme (www.crashtest-master.com). «Ce test vise donc à mettre à l’épreuve les actions menées par l’employeur en matière de santé et de sécurité au regard de dix points clés», explique Vincent Baud. Cet outil doit ainsi permettre d’évaluer la vulnérabilité de son entreprise sur le sujet, et d’identifier les premières mesures à prendre.

« L’enjeu pour le manager de terrain est de passer d’une prévention subie à une prévention choisie, en particulier dans les plus grandes structures, où prescriptions et consignes de sécurité descendent en nombre sur le chantier, reprend Vincent Baud. Or ces règles ne font pas forcément sens avec le travail réel, a fortiori  en  cas de retards de chantier. Le chef de chantier ou le chef d’équipe doit dès lors se montrer aussi bien capable de diffuser ces consignes, que de faire remonter les besoins des salariés sur le terrain. Cela demande du temps, de l’écoute, et des moyens, mais aussi une capacité à leur donner des réponses précises et concrètes. » De quoi générer à la clef un élan de sens, et davantage de légitimité pour le manager.

Source : http://www.lemoniteur.fr/article/employeurs-du-btp-ou-en-etes-vous-en-matiere-de-securite-32435294

About Author

adminifpst