Et à Tahiti?
Le secteur du BTP reste le secteur avec l’indice de fréquence d’accidents du travail le plus élevé à 47.22 mais avec une baisse 10 points par rapport à 2014.
PAPEETE, le 13 avril 2016. Le BTP reste le secteur où il y a le plus de risques d’être victime d’un accident du travail. Lors de prochaines journées « Santé et sécurité au travail » organisées par la Caisse de prévoyance sociale, les addictions à l’alcool et au paka et les risques psychosociaux sont au cœur des préoccupations des professionnels.  

Chaque année, les accidents du travail et les maladies professionnelles coûtent 1.5 milliard de Fcfp. En 2015, 1 891 accidents du travail ont été déclarés. 74% d’entre eux ont été accompagnés d’un arrêt de travail. En 2011, 1989 accidents du travail avaient été déclarés, un chiffre supérieur donc à celui de l’année dernière, mais qui est à relativiser puisque le nombre de salariés étaient lui aussi supérieur. L’indice de fréquence des accidents du travail (nombre d’accidents de travail pour 1 000 salariés sur un an) est de 24.18 en 2011 contre 23.03 en 2015, soit une baisse de 1.15. Mais depuis quelques années, de plus en plus d’arrêts de travail sont déclarés en partie car les salariés prennent conscience de l’importance de déclarer les accidents du travail. « Quand il y a un accident de travail, il faut le déclarer. Il peut ne pas y avoir de conséquences dans l’immédiat mais y en avoir par la suite », rappelle Edwin Faarua, chef de l’unité prestation santé et prévention. « Les salariés commencent à avoir ce réflexe ».

ese

Pour réduire au maximum les accidents du travail,
 la Caisse de prévoyance sociale, à travers son service de prévention, sensibilise patrons et employés. Les 19 et 20 avril, elle organise deux journées de conférences sur les thèmes de la santé et de la sécurité au travail. Trois thèmes principaux seront abordés. Le premier concerne les addictions sur le lieu de travail, le second traitera de la co-activité sur les chantiers de bâtiments et du génie civil. Le dernier thème abordera la prévention des risques psychosociaux.

Le sujet des addictions est le thème prioritaire choisi par la Sistra (association de Médecine du Travail ) », explique Tekura Gay, du Service prévention des risques professionnels de la CPS.
L’objectif de la conférence prévue mardi est de rappeler la réglementation existante et de donner des conseils aux patrons ou aux salariés pour qu’ils sachent comment réagir devant un salarié présentant des troubles du comportement. « Tout employeur peut interdire à toute personne alcoolisée de rentrer dans l’entreprise et d’amener de l’alcool », rappelle Lovina Joussin, directrice adjointe à la Direction du travail.

Autres sujets qui préoccupent : les risques psychosociaux (harcèlement, stress, violence au travail). « Chefs d’entreprise ou même salariés, ne se rendent pas toujours compte que leurs paroles ou leurs actes peuvent avoir des conséquences sur l’état d’esprit des salariés ou de leurs collègues », souligne Edwin Faarua. Il n’y a pas encore de chiffres ou d’étude réalisée sur ce sujet au fenua mais c’est une problématique « émergente » souligne-t-on à la CPS. « Le sujet est de plus en plus abordé lors des réunions des comités d’hygiène, de sécurité et conditions de travail des entreprises. » Lors de la conférence proposée par la CPS, les rôles des représentants du personnel et de l’employeur dans la prévention de ces risques seront abordés.

Le stress au travail sera d’ailleurs le thème de la journée mondiale de la sécurité au travail, prévue le 28 avril.
Le troisième thème qui sera abordé est la gestion de la co-activité sur les chantiers de bâtiments et génie civil. De nombreuses entreprises peuvent être amenées à intervenir sur un même lieu : chacune ayant des méthodes de travail particulières et les travailleurs ne se connaissant pas forcément entre eux. « Le maître d’ouvrage avec le maître d’œuvre s’il est nommé doivent organiser la mission de coordination en matière de sécurité et protection de la santé des entreprises intervenantes sur le chantier.

En 2015, une personne a perdu la vie dans le cadre de son travail. C’était lors d’un trajet en véhicule. Le nombre des accidents du trajet est revenu au niveau de 2013 avec une augmentation de 18,94%, soit 358 accidents.

About Author

adminifpst