Le nouveau plan de la MSA 2016-2020

La MSA a lancé son nouveau plan santé et sécurité au travail pour les cinq années à venir. Il met la priorité sur six axes : les risques animal, chimique, machine et psycho-sociaux, les TMS et l’employabilité des actifs agricoles.

« Nous avons assisté à une baisse régulière des accidents du travail et des maladies professionnelles dans le milieu agricole mais aujourd’hui nous sommes arrivés à un palier. L’objectif de ce nouveau plan est d’aller en deça de certains chiffres», a expliqué Pascal Cormery, le président de la caisse centrale de la MSA, le 16 février lors de la présentation à la presse du plan Santé et sécurité au travail 2016-2020. Ce nouveau plan met la priorité sur six axes : le risque animal dans les filières bovines et équines, les risques chimique, machine et psycho-sociaux, les TMS (troubles musculosquelettiques) et l’employabilité des actifs agricoles.

Les TMS représentent 93 % des maladies professionnelles reconnues dans le milieu agricole. La viticulture est la filière la plus concernée par ces pathologies que ce soit pour les exploitants ou pour les salariés. La MSA mène donc de nombreuses actions dans ce secteur, notamment des formations. Elle va poursuivre ce travail. Elle va notamment mettre en place un outil de dépistage précoce des TMS. Elle va également accompagner les exploitants et les TPE pour mettre en place des actions de prévention.

En ce qui concerne les risques chimiques, la MSA cible dans son nouveau plan l’exposition aux produits CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques). Selon ses chiffres, 10 % des salariés agricoles y sont exposés (gaz d’échappement diesel, huiles minérales entières, poussières de bois…). L’une de ses actions vise donc à accompagner les entreprises pour qu’elles évaluent ce risque chimique grâce à un outil appelé Seirich.

1280x720--gQ

Améliorer la normalisation des machines

Concernant le risque machine, la MSA va poursuivre sa collaboration avec les constructeurs et les pouvoirs publics afin qu’ils améliorent la conception et la normalisation des machines. Pour ça, elle leur fait remonter les circonstances précises de chaque accident et elle identifie les matériels les plus dangereux. Elle va également mener des actions de prévention des chutes de hauteur, en particulier lors de la montée et de la descente des engins. Ces chutes de hauteur sont en effet, la troisième cause d’accidents du travail mortels.

Pour réduire les risques psycho-sociaux, la MSA va notamment organiser des réunions débats autour d’un film « Et si on parlait du travail ? », utilisant des situations réelles.

Source : http://www.vitisphere.com/actualite-82035-La-MSA-presente-son-nouveau-plan-2016-2020.htm

About Author

adminifpst