Mutuelle d’entreprise : transformer l’obligation légale en opportunité

Au mois d’octobre, 300.000 entreprises n’avaient pas encore souscrit de complémentaire santé collective. Pour celles qui ne se seraient pas encore mises en conformité, il n’est pas trop tard pour transformer l’obligation légale en opportunité.

Depuis ce 1e r janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé sont censées avoir mis en place une mutuelle d’entreprise obligatoire. En théorie seulement car dans la pratique, toutes ne l’ont pas encore fait. « Au mois d’octobre, il restait encore 300.000 entreprises non couvertes. On estime qu’il en restera encore quelques dizaines de milliers au 1e r janvier, essentiellement des entreprises de moins de 10 salariés », explique Jean-Louis Piquemal, directeur régional Centre-Est d’Eovi MCD Mutuelle.

TnT_Blog_Schemas_ANI

Si toutes les entreprises ne sont pas encore en règle, c’est que bon nombre n’ont pas encore compris qu’elles étaient concernées par le dispositif. « Beaucoup d’entreprises où le dirigeant est seul n’ont pas compris qu’avoir un apprenti c’est avoir un salarié à qui l’on doit proposer une complémentaire santé », illustre Jean-Louis Piquemal. Pour d’autres, le paramètre économique n’est pas à écarter. L’employeur devant prendre en charge au minimum 50 % de la cotisation, la mise en place de la mutuelle d’entreprise obligatoire n’est pas indolore pour l’entreprise, notamment pour les plus petites. Pour l’entreprise Lambert Manufil, qui emploie 60 salariés, cela représente une facture non négligeable de 10.000 ? à l’année. « C’est une initiative que j’aurais peut-être prise spontanément dans quelques années, mais pas dans le contexte économique actuel », avoue Carine Chesneau, la présidente.

Dialogue social et santé au travail Vécue comme une contrainte par de nombreux chefs d’entreprise, la mise en place de la complémentaire santé collective obligatoire peut être pourtant une formidable opportunité à saisir. « L’obligation peut devenir une opportunité pour ouvrir le dialogue social. Tout ce qui touche à la santé déborde aussi sur la notion de qualité de vie au travail. S’occuper d’un sujet qui concerne les salariés et leurs ayants droit, c’est aussi s’intéresser aux conditions de travail », argumente Olivier Huet, directeur grands comptes et conventions collectives nationales chez Harmonie Mutuelle

Santé de l’entreprise
Ouvrir ce dialogue social, écouter les attentes et besoins de ses salariés en matière de complémentaire santé peut donc s’avérer payant pour l’entreprise. En effet, au même titre que la voiture de fonction, le téléphone portable, les chèques restaurants et autres avantages ; la mutuelle d’entreprise peut devenir un levier de motivation et un argument supplémentaire pour recruter les talents et fidéliser ses collaborateurs. Si tant est que l’entreprise fasse l’effort de proposer une couverture plus intéressante que le panier de soins minimal. « Il ne faut pas oublier que la santé des salariés, c’est aussi la santé de l’entreprise. Si dans la mise en place de la mutuelle d’entreprise, il y a bel et bien une approche économique, elle ne peut pas être que financière ».

 

Source : http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/44/dossiers/gerer/mutuelle-d-entreprise-transformer-l-obligation-legale-en-opportunite-08-01-2016-278316.php

About Author

adminifpst