« Nous avons évité l’équivalent de 1.200 accidents du travail avec arrêt »

Interview de l’administrateur technique du Groupement d’hygiène industrielle (GHI) au sein du Mase Méditerranée Giphise (MMG). Créé en 2005, ce groupement Interprofessionnel pour la prévention, l’hygiène industrielle et la sécurité dans les entreprises compte parmi les 8 associations qui mettent en œuvre le référentiel Mase, dédié à la sécurité, la santé et l’environnement. MMG réunit 750 grands donneurs d’ordres industriels et entreprises intervenantes.

Qu’est ce que le référentiel Mase ?

Le Mase est l’acronyme de Manuel d’amélioration de la sécurité des entreprises. Ce système de management a été mis en œuvre dans les années 1990 par l’usine Esso à Fosr (13) suivi par d’autres donneurs d’ordres du bassin pétrochimique de Fos-Berre-l’Etang (entre autres, BP, Shell, Total). Leur objectif est de s’assurer que le personnel des entreprises intervenant sur leurs sites a été préalablement formé à la sécurité des personnes et à la sûreté des installations. De manière à éviter les accidents

du travail et les fuites de produits pétroliers. C’est une sorte de passeport « sécurité ». Ce référentiel a été refondu en 2014 pour mieux intégrer les problématiques de santé au travail et d’environnement.
mase
A quel type d’entreprises s’adresse le Mase ?

Ce référentiel n’est pas spécifique à la pétrochimie puisqu’il a fusionné en 2007 avec celui de l’Union des industries chimiques (UIC). Il a été adopté en France par quelques 4.800 entreprises (dont 200 donneurs d’ordres) qui représentent 400.000 salariés. Elles opèrent dans la pétrochimie, la métallurgie, la pharmacie, la cimenterie, les centrales nucléaires, l’aéronautique et l’aéroportuaire. Quasiment franco-française, cette certification est gérée par 8 associations régionales (Atlantique, Antilles Guyane, est, Méditerranée, Nord-Pas-de-Calais, Normandie, Rhône-Alpes, sud-ouest).  Pour sa part, MMG compte plus de 750 adhérents qui représentent plus de 50.000 salariés. Parmi lesquels, on peut citer Air Liquide, Arcelor-Mittal, EDF, Esso, Eurocopter, Lafarge Ciments, Total. Ces donneurs d’ordres opèrent 35 sites industriels dont 26 Seveso. 75% des entreprises intervenantes ont moins de 50 salariés. Elles mènent des activités très différentes qui vont du jardinage à la maintenance industrielle en passant par le nettoyage, la serrurerie, etc. Pour ces petites entreprises, l’adoption du référentiel est particulièrement structurante et utile car leurs dirigeants ont souvent la tête dans le guidon.

Qu’est ce qui fait la spécificité de Mase Méditerranée Giphise ?

A la différence des sept autres associations qui ne font que de la certification, nous avons trois autres activités pilotées par des comités techniques, composés de spécialistes d’entreprises utilisatrices et intervenantes. Deux d’entre eux sont dédiés aux formations en SSE (Sécurité, santé et environnement) et en procédures techniques. Tandis que le troisième comité, baptisé « Groupement d’hygiène industrielle », se mobilise sur la prévention des maladies professionnelles. Il regroupe des hygiénistes, animateurs HSE mais aussi des médecins du travail travaillant chez des donneurs d’ordres et des services de santé au travail interentreprises.

Quels avantages en retirent les professionnels de santé au travail interentreprises ?

Cette proximité leur permet de dialoguer d’égal à égal avec leurs homologues travaillant chez les donneurs d’ordres et surtout d’avoir une meilleure connaissance des postes de travail auxquels ils ont difficilement accès. La mise en commun des expériences et des procédures contribue aussi à améliorer la connaissance des postes de travail susceptibles d’entraîner une altération de la santé. Ce qui a pour effet d’assurer une meilleure prévention et un meilleur suivi des salariés. Notre comité travaille aussi en partenariat avec la Carsat Sud Est qui intervient dans les colloques que nous organisons. A titre d’exemple, nos derniers événements portaient sur le risque amiante, la radioprotection et la sensibilisation au risque cancer.

Quelles actions sont-elles mises en œuvre pour aider les industriels à prévenir les maladies professionnelles ?

Nous créons des groupes d’experts sur des thèmes choisis en début d’année lors de la réunion plénière de tous les représentants des adhérents. Le fruit de ce travail se matérialise le plus souvent sous forme de guides pratiques. Par exemple nous organisons également des formations sur des sujets approfondis par des experts, comme les substances psychoactives, la fiabilité humaine, la réforme de la santé au travail, etc. Nous mettons aussi à la disposition des entreprises adhérentes un site internet avec les comptes-rendus des réunions trimestrielles, des supports mensuels pour animer les réunions SSE ainsi qu’une veille réglementaire.

Comment mesurez-vous l’impact du Mase sur la santé des salariés ?

L’an dernier, nous avons mené une étude sur les accidents du travail avec arrêt qui se sont élevés pour 2014 à 1.071 pour 92 millions d’heures de travail et un effectif de 68.000 personnes. Cette étude a montré que le taux de fréquence moyen d’accidents du travail avec arrêt s’élevait à 11,6. Ce qui est très en dessous de la moyenne nationale qui est de 24,9. Nous avons ainsi évité l’équivalent de 1.200 accidents du travail avec arrêt, soit une économie annuelle allant  de 4 à 20 millions d’euros en coûts directs et indirects.

Source :  http://www.info.expoprotection.com/site/FR/L_actu_des_risques_professionnels_naturels

About Author

adminifpst